In the formal social occasions, replica rolex watches are often treated as jewelry, usually only for a ring jewelry to wear men, is very popular. Some people even stressed: "rolex replica watches are not only men's jewelry, but also the most important men's jewelry." In western countries, replica watches, pens, lighters adult man was replica watches uk once known as the "three treasures", every man must never be away from the body.
La Zone de Boxe

  [ Se connecter à La Zone de Boxe ]

Plus récents commentaires sur twitter

    Gardez le contact avec La Zone de Boxe grâce à Twitter




    magazinecoverlazonedeboxe38_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe37_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe36_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe35_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe34_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe33_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe32_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe31_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe30_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe29_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe28_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe27_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe26_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe25_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe24_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe23_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe22_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe21_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe20_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe19_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe18_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe17_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe16_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe15_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe14_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe13_130.jpg
    Rencontre avec Eric Fields et François Duguay 1/2
    8/1/2013 6:37:23 PM

    À Québec, un des endroits sportifs les plus réputés est le stade de football de l'Université Laval. Le Rouge et Or cumule les succès et rend fiers ses partisans. À cinq minutes de marche au nord, un autre site sportif fait des siennes. Un peu plus discret au niveau du public de masse, cet endroit se fait malgré tout connaitre à l'international dans le domaine de la boxe. Cet endroit, c'est le club de boxe Empire.

    Je me suis donc rendu un lundi après-midi à ce club de boxe afin d'y rencontrer François Duguay, coach en chef et copropriétaire de la place et son protégé, Eric Fields. Éric disputera deux combats aux mois d'août, dont le second pour le titre « WBC silver » des lourds-légers en Afrique du Sud. Ce protégé est particulièrement intrigant parce qu'il est le premier espoir américain à venir s'entraîner au Québec. Je vous présente donc mes impressions et le déroulement des deux entrevues dans cet article.

    Je suis arrivé un peu d'avance, François et Éric n'étaient pas encore présents. Un cours de boxe avait lieu sous mes yeux. On y apprenait à bien utiliser la main arrière afin de se protéger contre le jab. L'endroit était vaste, propre et bien équipé. Rien à voir avec les gyms de boxe miteux, typiques des films de Rocky. J'ai l'impression que cet endroit recherche l'excellence et cela jusqu'à dans les installations. C'est pendant ses réflexions que François et Éric entrent dans la place. Sur le coup, je me suis dit : 6 pieds 2 pouces, ça peut parfois paraître plus grand que prévu!

    Pendant qu'Éric se réchauffe, j'entreprends la conversation avec François.

    LZDB : Bonjour François et merci de me recevoir!
    François : Ça fait plaisir.

    LZDB : On va commencer dans le vif du sujet, quand Éric Fields est arrivé dans ton gym, qu'est-ce que ça t'as fait?
    François : C'est certain que ça fait un petit velours de voir un Américain venir s'entraîner chez soi. Mais bon, au début on ne savait pas trop trop où cette histoire irait. Je veux dire, il y avait de l'intérêt des deux côtés, mais quand un coach et un boxeur se rencontrent, c'est un peu comme un « blind date », tu ne sais pas si ça va bien « matcher ». Finalement, ç’a bien fonctionné et je peux dire qu'Éric s'est super bien adapté au gym. Il m'a même dit qu'il me voulait comme coach jusqu'à la fin de sa carrière (avec un petit sourire de fierté).

    LZDB : Qu'est-ce que tu as remarqué de lui à cette première rencontre?
    François : À la première rencontre, je dois t'avouer qu'on avait de très gros doutes. Son pied était très amoché à cause d'un accident de moto. Ça le limitait beaucoup dans ses déplacements et son équilibre. On savait qu'il y avait beaucoup de travail à faire de ce côté. Finalement grâce à Fabrice Akué, un spécialiste de l'équilibre, et à Jonathan Dale Huard, plus spécialisé dans les déplacements en boxe, ont a pu rebalancer son pied et surtout remettre de la force là-dedans.

    LZDB : J'ai effectivement remarqué que son pied droit n'était pas bien aligné.
    François : Oui, il « cante » toujours, mais le principal c'est que la force soit revenue. Avec la force dans son pied, il a retrouvé l'équilibre et les mouvements qu'il avait perdus.

    LZDB : Et par la suite, quelles forces as-tu découvertes en lui?
    François : C'est un boxeur cérébral, très intelligent. Quand on lui demande un ajustement, il le comprend et le fait rapidement. Il a aussi un jab incroyable et de puissantes combinaisons explosives qu'il peut appliquer à de très courtes distances.

    LZDB : Et au niveau des faiblesses?
    François : Je n'emploierais pas le mot faiblesse, je dirais plutôt que je lui ai apporté une philosophie à réfléchir sur le ring, à comprendre la partie d'échecs. Par exemple, quand tu frappes solidement un gars à la tête, le réflexe d'un homme normal va être de riposter à la tête. Tu dois donc viser le corps après un bon coup à la tête pour être évasif et mélanger ton adversaire. C'est ce genre de philosophie qu'il a réussi à intégrer rapidement à sa boxe et c'est en partie pour ça qu'on fait un bon « match » coach-boxeur.

    LZDB : Il a deux combats prévus au mois d’août, Alexis Meijas à Whitehall dans l'État de New York pour le 3 et ensuite Ilunga Makabu le 31 août en Afrique du Sud. Comment perçois-tu ces deux combats? Est-ce que le premier est un entraînement pour le deuxième?
    François : Oui et non. C'est certain que le premier combat va servir à se dérouiller, mais on ne le voit pas comme un combat d'entraînement. C'est d'ailleurs deux combats complètement différents, par exemple, Meijas est droitier et Makabu est gaucher. Alors, on y va vraiment un combat à la fois.

    LZDB : Aller rencontrer Makubu, gaucher, champion et chez lui... pourquoi?
    François : J'ai vu des vidéos et je crois qu'il est un gaucher pas trop compliqué. Dans le sens qu'il n'est pas du type longue distance et contre-attaquant. Il va foncer sur nous et mettre de la pression. De plus, c'est Jimmy Schaeffer, le manager d'Eric, qui a organisé le combat avec ses contacts là-bas. On croit que c'est une opportunité qu'on ne pouvait pas refuser.

    LZDB : Si Éric remporte la ceinture, qu'est-ce qui s'ouvrira pour lui?
    François : Il y a une possibilité déjà discutée de combat pour un titre international, je ne te dis pas qui, mais la ceinture n'est pas vacante.

    LZDB : Merci, je vais maintenant passer à Eric.
    François : Ça tombe bien, c'est en plein le moment pour l'interviewer, il vient de finir son réchauffement.


    Texte et traduction de Martin Laporte

    En accord? En désaccord? Partagez votre opinion sur le sujet

    Qu'en pensent les lecteurs ?


    Support Wikipedia

    Poker Canada
    Poker online sur 888 Canada